Performance

PRÉSERVER LA PLANÈTE ET RENOUVELER SES RESSOURCES

Notre ambition est de changer la donne en favorisant des solutions positives pour la planète. Nous nous engageons en faveur d’un approvisionnement durable pour tous nos ingrédients et d’une meilleure économie circulaire des emballages. Nous protégerons la santé des sols grâce à des pratiques d’agriculture régénératrice, développées avec nos partenaires et nous irons plus loin dans notre ambition de protéger les ressources en eau. Nous prenons part à la lutte contre le changement climatique en mettant en œuvre des solutions positives en matière de carbone, pour rendre la totalité de notre cycle neutre en carbone d’ici 2050.

Notre ambition est de changer la donne en favorisant des solutions positives pour la planète. Nous nous engageons en faveur d’un approvisionnement durable pour tous nos ingrédients et d’une meilleure économie circulaire des emballages. Nous protégerons la santé des sols grâce à des pratiques d’agriculture régénératrice, développées avec nos partenaires et nous irons plus loin dans notre ambition de protéger les ressources en eau. Nous prenons part à la lutte contre le changement climatique en mettant en œuvre des solutions positives en matière de carbone, pour rendre la totalité de notre cycle neutre en carbone d’ici 2050.

Pour plus d'informationsTéléchargements

En lien avec notre vision 'One Planet. One Health', nous avons axé notre approche autour de quatre ambitions clés : la lutte contre le changement climatique, la protection des ressources en eau, la co-création d’une économie circulaire des emballages et la promotion d’une agriculture régénératrice. C’est en renforçant notre collaboration avec nos partenaires tout au long de la chaîne de valeur que nous pourrons mener à bien cette transformation.

 

Pour plus d’informations concernant les taux de couverture et les méthodologies, voir la Note Méthodologique disponible dans le centre de téléchargement.

Pour plus d'informations concernant notre Performance Environnementale, voir nos Données Environnementales 2018 Complètes (anglais).

 

NOTRE PERFORMANCE 2018

Danone a construit son système de gestion de l’environnement sur la base du référentiel international de la norme ISO 14001. Ce système assure l’amélioration de la performance environnementale, le respect de la réglementation et la sensibilisation des salariés.

 

Danone évalue la mise en œuvre du système de gestion de l’environnement lors des audits d’évaluation des risques environnementaux GREEN (Global Risk Evaluation for ENvironment).

 

Par ailleurs, Danone certifie aussi son système de management par des certifications ISO 14001 dans les sites de production significatifs. Ceci constitue un prérequis pour obtenir le plus haut niveau de performance (niveau d’excellence) de l’évaluation GREEN (voir paragraphe ci-après).

Pourcentage de sites et de volumes certifiés ISO 14001

Mise en place par les filiales de systèmes de gestion de l’environnement

En 2018 :

86 %
 

des entités ont mis en place un système de gestion de l’environnement (SME) comprenant une politique environnementale et le plan de gestion associé (Périmètre Danone Way, voir Note Méthodologique et plus d'informations sur Danone Way dans la section Etre certifié B Corp).

PROGRAMME D’AUDIT GREEN

Danone a déployé au niveau mondial le programme GREEN (Global Risk Evaluation for ENvironment), qui permet d’identifier et de suivre par des audits externes les principaux risques environnementaux de ses sites de production.

 

L’évaluation prend en compte les risques physiques, réglementaires et de réputation et détermine un niveau de conformité en fonction de scores définis. En 2018, le référentiel GREEN a fait l’objet d’une mise à jour pour intégrer l’évaluation des risques hydriques basée sur l’outil Water Risk Filter (WRF) développé par le WWF dans la grille d’évaluation (voir paragraphe Gestion de l’eau).

 

Sur les sites non-conformes, des plans d’actions sont déployés afin de remédier aux non-conformités. Pour suivre leur mise en œuvre, Danone augmente la fréquence des audits GREEN.

 

Au 31 décembre 2018, 66 % des sites industriels de Danone (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note Méthodologique) ont fait l’objet d’un audit GREEN externe au moins une fois, soit 124 sites. Sur ces 124 sites, 108 sites sont conformes aux standards de l’entreprise (score supérieur à 800 sur 1000). En 2017, 69 % des sites industriels de Danone avaient fait l’objet d’un audit GREEN externe au moins une fois.

 

Pour plus d’information, voir notre Document de Référence 2018 et voir nos Données Environnementales 2018 Complètes (anglais).

DEPENSES ET INVESTISSEMENTS ENVIRONNEMENTAUX

En 2018, les investissements de Danone pour la protection de l’environnement se sont élevés à plus de 31 millions d’euros soit environ 3,4 % des investissements industriels totaux de Danone (27 millions d’euros en 2017 soit environ 2,8 %). Ces investissements concernaient notamment :

 

  • la mise en conformité environnementale : traitement des déchets, traitement des eaux usées, stations d’épuration, mesure du bruit, qualité de l’air, etc. ;
  • les investissements destinés à la réduction des émissions de carbone (économie d’énergie, utilisation d’énergies renouvelables, logistique et éco conception des emballages).

Les dépenses de fonctionnement liées à l’environnement se sont élevées à 123 millions d’euros en 2018 (120 millions d’euros en 2017). Leur répartition est la suivante : 33 millions d’euros pour la gestion des déchets, de l’eau, de l’air ; 61 millions d’euros pour les cotisations sur les emballages ; 29 millions d’euros pour les autres dépenses.

Pour renforcer la résilience de son cycle alimentaire global et ouvrir la voie à une croissance responsable et pérenne, Danone lutte contre le changement climatique en réduisant son empreinte environnementale et en aidant la nature à séquestrer plus de carbone. Danone s’est fixé pour objectif zéro net émissions de carbone à l’horizon 2050 sur l’ensemble de sa chaîne de valeur. En 2017, ses objectifs de réduction des émissions ont été officiellement approuvés par l'initiative “Science-Based Targets” :

  • réduire les émissions de 50 % en intensité sur son périmètre de responsabilité élargi (scopes 1, 2 et 3) d’ici  2030 ;
  • et réduire les émissions de 30 % en valeur absolue sur les scopes 1 et 2 d’ici 2030

MESURER LES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE

Danone consolide la mesure de ses émissions de gaz à effet de serre sur son périmètre de responsabilité élargi, direct et partagé, selon les 3 catégories d’émission définies par le GHG Protocol : scope 1, 2 et 3.

  • Scope 1 : les émissions directes liées aux installations de combustion fixes et les installations réfrigérantes situées sur les sites industriels et entrepôts sous le contrôle opérationnel de Danone, ainsi que la flotte de véhicule des salariés également sous le contrôle opérationnel de l’Entreprise.
  • Scope 2 : les émissions à énergie indirectes liées à la génération de l’électricité, la vapeur, la chaleur ou le froid achetés et consommés par les sites industriels et entrepôts sous le contrôle opérationnel de Danone. 
  • Scope 3 : toutes les émissions indirectes dues aux activités de l’Entreprise qui ne sont pas comptabilisées dans le scope 2. Cela concerne les émissions provenant de la chaîne de valeur complète, y compris les émissions des fournisseurs et des consommateurs. Par exemple, les émissions du Scope 3 peuvent inclure l'agriculture, les ingrédients, les emballages, le transport et la distribution des divers biens et services achetés, et la fin de vie des produits vendus.

Emissions de gaz à effet de serre sur les scopes 1 et 2

Les émissions de gaz à effet de serre directes et indirectes scopes 1 et 2 (voir description ci-haut) sont calculées selon la méthodologie décrite dans le GHG Protocol Corporate (Greenhouse Gas Protocol) (voir Note Méthodologique).

 

En janvier 2016, le GHG Protocol a publié un guide sur la méthode de comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre du scope 2 (voir Note Méthodologique) qui introduit un “double bilan” : un bilan basé sur la localisation (location based) et un bilan basé sur le marché (market based). Danone a fixé ses objectifs de réduction de ses émissions selon la méthode dite Market-Based. Cet ajustement permet de mieux prendre en compte l’impact de la part d’énergie renouvelable utilisée.

 

Pour plus d’information, voir nos Données Environnementales 2018 Complètes (anglais).

 

OBJECTIF : Reduction de l’empreinte carbone (émissions en valeur absolue, tonne de CO2 équivalent)

PERFORMANCE 2018
20,3 %

de réduction en valeur absolue des émissions de CO2 sur les scopes 1 et 2 de Danone par rapport à 2015 (1)

OBJECTIF
30 %

de réduction en valeur absolue des émissions de CO2 sur les scopes 1 et 2 de Danone d’ici à 2030

(1) A périmètre de consolidation et méthodologie constants

 

Emissions Scope 1 et 2, basé sur le marché (en ktonnes/CO220172018
Scope 1644753
Scope 2817679
Total Scopes 1 & 214601 432

Les émissions en tonnes équivalent CO2 des scopes 1 et 2 ont diminué de 1,9 % entre 2017 et 2018, et de 14,8 % par rapport à 2015.

À périmètre de consolidation et méthodologie constants, les émissions totales en tonnes équivalent CO2 scopes 1 et 2 ont diminué de 12,2 % par rapport à 2017 et de 20,3 % par rapport à 2015. Cela est principalement dû à l’achat d’électricité issue de sources renouvelables.

Emissions de gaz à effet de serre sur le scope 3

En parallèle du calcul des émissions des scopes 1 and 2, les émissions indirectes de gaz à effet de serre du scopes 3 (voir description ci-haut et Note Méthodologique) sont calculées selon l’approche de l’analyse de cycle de vie des produits finis en prenant en compte les émissions de chaque étape : achats de matières premières (y compris amont agricole et lait), emballages, production, transport et distribution, stockage, utilisation des produits et fin de vie des produits. Cette méthode permet d’identifier les leviers de réduction les plus significatifs.

 

En 2018, les émissions en tonnes équivalent CO2 du Scope 3 s’élèvent à 24,9 millions de tonnes équivalent CO2 (sur 93 % des ventes en volume de Danone). À périmètre de consolidation et méthodologie constants, ces émissions ont baissé de 5,8 % par rapport à 2017. Le détail des émissions par étape du cycle de vie des produits finis est disponible dans nos Données Environnementales 2018 Complètes (anglais).

Emissions de gaz à effet de serre totales sur les scopes 1, 2 et 3

OBJECTIF : Réduction de l’empreinte carbone (Émissions en intensité en g équivalent CO2/kg de produits vendus)

PERFORMANCE 2018
15,6 %

de réduction en intensité des émissions sur le périmètre élargi de Danone par rapport à 2015 (1)

OBJECTIF
50 %

de réduction en intensité des émissions sur le périmètre élargi de Danone d’ici à 2030

(1) A périmètre de consolidation et méthodologie constants

Emissions de gaz à effet de serre sur les scopes 1, 2 et 3 (en ktonnes CO2 eq)

Les émissions totales de Danone en 2018 sur son périmètre de responsabilité élargi (scopes 1, 2 et 3) s’élèvent à 26,3 millions de tonnes équivalent CO2 (sur 93 % des ventes en volume de Danone).

 

Le ratio des émissions totales de Danone (scopes 1, 2 et 3) s’élève à 711,0 grammes de CO2 par kg de produits vendus. À périmètre de consolidation et méthodologie constants, ce ratio a diminué de 5,8 % par rapport à 2017 et de 15,6 % par rapport à 2015. Cela est principalement dû à l’augmentation des achats d’électricité issue de sources renouvelables, l’optimisation de la logistique, l’augmentation de l’utilisation de matériaux recyclables pour les emballages, etc.

 

Avec 94,5 % des émissions totales de Danone sur son périmètre de responsabilité élargi, le scope 3 représente le poste le plus contributeur, devant les émissions du scope 1 (2,9 %) et du scope 2 (2,6 %).

Au sein du scope 3, le poste d’émissions le plus important est celui relatif aux achats de produits d’origine agricole (lait, ingrédients laitiers et autres matières premières, 59,4 % des émissions totales), devant les emballages (10,4 % des émissions totales), le transport amont et aval des marchandises (9,6 % des émissions totales) et l’utilisation des produits (6,0 % des émissions totales).

Les émissions relatives aux achats de produits d’origine agricole sont principalement liées au lait (68,9 %), suivi par les ingrédients laitiers (15,8 %) et autres matières premières (15,3 %).

CONSOMMATION D’ENERGIE

Danone s'est engagé à réduire sa consommation d'énergie et à promouvoir l'utilisation des énergies renouvelables.

Réduire la consommation d’énergie dans les sites de production

OBJECTIF : Réduire la consommation d’énergie dans les sites de production (en kWh par tonne de produit, depuis 2000)

PERFORMANCE 2018
46 %

de réduction totale de l’intensité d’énergie

OBJECTIF
60 %

de réduction totale de l’intensité d’énergie d’ici à 2020

Evolution de l’intensité de la consommation d’énergie totale dans les sites de production depuis 2000 (en kWh par tonne de produit (1) (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note Méthodologique).

(1) Pour le périmètre de reporting de chaque année concernée

L’intensité de la consommation d’énergie de Danone (en KwH par tonne of produit) a augmenté de 11 % en 2018 par rapport à 2017, principalement suite à l’intégration des activités de WhiteWave. À périmètre comparable, ce ratio a baissé de 3,1 % entre 2017 et 2018 (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note Méthodologique). Cette baisse résulte principalement de l’amélioration de l’efficacité énergétique dans la Division Eaux ainsi que dans les activités Nutrition Infantile du Pôle Nutrition Spécialisée.

 

Depuis 2000, la consommation d’énergie totale sur les sites de production a reculé de 46 %. À périmètre comparable la réduction est de 53 %.

 

Pour plus de données relatives à notre consommation d’énergie, voir nos Données Environnementales 2018 Complètes (anglais).

Promouvoir les énergies renouvelables

Depuis 2017, Danone est membre de l’initiative RE100 (initiative globale et collaborative réunissant plus de 100 entreprises influentes engagées dans l’électricité 100 % renouvelable). Danone s’est engagé à atteindre 100 % d’électricité d’origine renouvelable d’ici 2030 ; 50 % d’ici 2020.

PERFORMANCE 2018
34 %

d’électricité produite à partir d’énergies renouvelables (kWh)

OBJECTIF
100 %

d’électricité produite à partir d’énergies renouvelables d’ici à 2030 ; 50 % d’ici à 2020

En 2018, 40 sites industriels ont acheté de l’électricité provenant de sources 100 % renouvelables (énergie éolienne, énergie hydraulique, etc.),

 

Ces achats ont représenté 34 % des achats d’électricité de Danone en 2018, contre 18 % en 2017 (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note Méthodologique).

 

Par ailleurs, Danone expérimente à l’échelon local des projets de production et d’utilisation d’énergies thermiques d’origine renouvelable. Ainsi, depuis le début des années 2010, certains sites ont adopté des innovations énergétiques telles que des chaudières à bois, des digesteurs de méthanisation ou du bio fuel.

 

En 2018, la consommation totale d’énergie d’origine renouvelable représente 16 % de l’énergie totale consommée par Danone contre 11 % en 2017.

ELIMINER LA DEFORESTATION DE LA CHAINE D’APPROVISIONNEMENT

Politique Huile de palme

En 2018, Danone a utilisé 71 443 tonnes d’huile de palme contre 39 000 en 2017, hausse qui s’explique principalement par la récente acquisition de WhiteWave. Danone utilise de l’huile de palme dans certains produits finaux, principalement dans les activités Nutrition Infantile et le Pôle Produits Laitiers et d’Origine Végétale.

PERFORMANCE 2018
58 %

d’huile de palme achetée certifiée “RSPO segregated”

OBJECTIF
100 %

d’huile de palme achetée certifiée “RSPO segregated” d’ici 2020

Depuis 2014, 100 % de l’huile de palme achetée par les activités Nutrition Infantile est certifiée “RSPO segregated” (traçabilité jusqu’au niveau des plantations, avec le soutien de The Forest Trust). En 2018, 58 % de l’huile de palme achetée par l’Entreprise est certifiée “RSPO segregated”, une baisse principalement liée à l’acquisition de WhiteWave. Le niveau de certification « RSPO segregated » atteint 96 % hors les produits issus du portefeuille WhiteWave.

Suite à l’acquisition de WhiteWave, et en ligne avec son objectif, Danone veille à conformer ses approvisionnements supplémentaires à sa politique huile de palme.

UTILISER DES RÉFRIGÉRANTS NATURELS

Emissions dûes aux réfrigérants impactant la couche d'ozone (ODS) en t/éq CFC20172018
CFC00
HCFC0.1070.236

Danone utilise des réfrigérants dans ses opérations pour le refroidissement principalement dans les Pôles Produits Laitiers et d’Origine Végétale et Eaux. Les émissions dues à l’utilisation de réfrigérants qui portent atteinte à la couche d’ozone (uniquement les HCFC), dans les sites de production de Danone, ont augmenté entre 2017 et 2018 principalement suite à l’acquisition de WhiteWave (périmètre Environnement Sites de Production). L’élimination des gaz à base de HCFC est en cours grâce au remplacement progressif du matériel utilisant ce gaz, en adéquation avec les exigences du protocole du Montréal.

 

Certains réfrigérants ont également un impact important sur les émissions de GES, les HFC en particulier. Dans le cadre du Consumer Goods Forum, et plus précisément dans le cadre de la résolution sur la réfrigération, Danone s’est engagée à ne plus acheter de réfrigérateurs contenant des HFC sur les points de vente (depuis 2010) et dans ses opérations directes (depuis 2017), et de passer aux réfrigérants naturels ou « à bas potentiel de réchauffement climatique » (GWP, Global Warming Potential).

                                                         

Depuis 2010, Danone a renouvelé son parc de réfrigérateurs sur les points de vente afin d’utiliser exclusivement des réfrigérants naturels. En sélectionnant également des réfrigérateurs plus performants sur le plan énergétique et en garantissant leur recyclage, Danone réduit à la fois l’énergie consommée et les émissions appauvrissant la couche d’ozone. A la fin de l’année 2016, 100 % des réfrigérateurs nouvellement achetés par Danone et installés sur les points de vente utilisaient des réfrigérants respectueux de l’environnement, dans les régions où ils sont disponibles et où la législation en autorise l’utilisation.

 

Danone effectue son suivi selon le périmètre d'application étendu (équipements de refroidissement industriels et commerciaux) de la nouvelle résolution de réfrigération. A fin 2018 :

  • Pour les équipements industriels : 99 %
  • Pour les équipements commerciaux : 97 %

L’eau est au cœur de chaque étape de l’activité de Danone. L’entreprise s’engage à préserver cette ressource précieuse et de plus en plus rare, par le biais de partenariats au niveau local, en respectant ses cycles naturels et ce, en adoptant des pratiques responsables à chaque étape de sa chaîne de valeur.

 

Pour répondre à ces enjeux, un processus d’évaluation globale et systématique des risques hydriques en deux phases a été développé, basé sur des outils externes internationalement reconnus. La première phase utilise l’Aqueduct Water Risk Atlas du World Resources Institute pour identifier les zones géographiques à risque et anticiper les évolutions à moyen terme. La seconde phase s’appuie sur le Water Risk Filter (WRF) développé par le WWF, pour identifier les risques hydriques au niveau des sites opérationnels. Ces deux outils fournissent des indicateurs regroupés selon trois catégories de risques :

  • • les risques physiques liés à la quantité et à la qualité ;
  • • les risques règlementaires ;
  • • les risques réputationnels.

 

En s’appuyant sur ces deux outils, Danone a obtenu une cartographie des risques hydriques et identifié les sites présentant des risques potentiels majeurs. Pour ces derniers, l’Entreprise a renforcé son processus de gestion et d’atténuation des risques liés à l’eau, variables selon le contexte local, en déployant un troisième outil : le GEMI Local Water Tool. Celui-ci permet une évaluation détaillée des sites identifiés comme les plus à risque et le développement de plans d’actions adaptés.

 

En 2018, Danone a déployé le processus d’évaluation des risques hydriques de manière systématique en l’intégrant au processus d’audit environnemental GREEN (voir section Système de gestion de l’environnement).

En 2018, 9 % des sites de production sont localisés dans des zones à risque élevé ou extrême selon l’outil Aqueduct Water Risk Atlas (risque global : physique, réglementaire et de réputation). Par ailleurs, en 2018, 64 % des sites de Danone ont été audités sur leur risque eau selon l’outil Water Risk Filter. Il en ressort que 14 % des sites de production présentent un risque important pour l’Entreprise (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note méthodologique).

 

Pour plus d’information sur la stratégie de gestion de l’eau de Danone voir le Document de Référence 2018 et nos réponses aux CDP Water 2018.

PROTEGER LES RESSOURCES NATURELLES D’EAU MINERALE

PERFORMANCE 2018
100 %

des sites du pôle Eaux ont fait l’objet d’un audit SPRING

OBJECTIF
100 %

des sites du pôle Eaux auront fait l’objet d’un audit SPRING d’ici à 2020

Danone a pour objectif de protéger les bassins versants et leurs écosystèmes naturels afin d’assurer la viabilité écologique des ressources hydriques sur ses sites. La collaboration scientifique et stratégique avec la Convention de Ramsar et l’UICN a donné lieu à une nouvelle méthode, SPRING, pour améliorer la gestion locale des ressources hydriques. Cette méthode SPRING (Sustainable Protection and Resources managING) définit des normes de gestion pour chaque source d’eau minérale mise en bouteille par le Groupe.

 

L’objectif était de déployer cet outil d’ici 2020 sur tous les sites du Pôle Eaux pour évaluer la gestion locale des ressources hydriques (en identifiant les risques de pollution et les risques de pénurie d’eau) et pour instaurer un plan d’amélioration continue. Cet objectif a été atteint en 2017, avec trois ans d’avance par rapport à l’année cible.

 

En parallèle, l’analyse des risques permet d’affiner le diagnostic et de mettre en place des plans d’actions répondant aux problématiques du territoire. Pour ce faire, Danone favorise l’action collective et des partenariats avec des entités publiques ou privées pour une gestion intégrée des bassins versants. Par exemple, l’Entreprise a renouvelé en 2017, pour trois ans, son partenariat avec la Convention de Ramsar (Convention internationale de protection des zones humides des Nations Unies) pour la préservation des zones humides.

Performance des filiales vis-à-vis de nos ambitions

 

En 2018 :

 

59 %

des entités mettent en œuvre des actions pour protéger la ressource dont l’eau est extraite (Périmètre Danone Way, voir Note Méthodologique et plus d'informations sur Danone Way dans la section Etre certifié B Corp).

RÉDUIRE LA CONSOMMATION D’EAU DANS LES SITES DE PRODUCTION

OBJECTIF : Réduire la consommation d’eau dans les sites de production (intensité de la consommation liée au processus industriel, en m3/tonne de produits, depuis 2000)

PERFORMANCE 2018
48 %

de réduction de l’intensité de la consommation d’eau par rapport à l’année 2000

OBJECTIF
60 %

de réduction de l’intensité de la consommation d’eau d’ici à 2020

 

En 2018, le volume d’eau total prélevé sur le milieu environnant était de 74 493 milliers de m3 d’eau (contre 68 685 milliers de m3 d’eau en 2017). La consommation d’eau de Danone a augmenté de 8,5 % en 2018 par rapport à 2017, due principalement à l’intégration des activités de WhiteWave. À périmètre comparable, la consommation d’eau a baissé de 2,4 % en 2018 par rapport à 2017 (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note Méthodologique). 

  • Près de 42 % de l’eau totale prélevée a été utilisée pour la composition des produits, principalement sur les sites d’embouteillage. Ces volumes ont augmenté de 5,4 % en 2018 par rapport à 2017, ce qui est principalement lié à l’intégration des activités de WhiteWave.
  • Les 58 % restants de l’eau totale prélevée (43 311 milliers de m3 d’eau) ont été utilisés dans les processus de production (contre 39 113 milliers en 2017), soit une augmentation de l’intensité par tonne de produit de 4,2 % en 2018 par rapport à 2017, due principalement à l’intégration des activités de WhiteWave.

 

À périmètre comparable, l’intensité de la consommation d’eau de Danone liée au processus industriel sur les sites de production a diminué de 5,7 % en 2018 par rapport à 2017 (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note Méthodologique), principalement grâce aux plans d’actions mis en œuvre par le Pôle Produits Laitiers et d’Origine Végétale (suite aux audits menés par Véolia), par le Pôle Eaux et par les activités Nutrition Infantile du Pôle Nutrition Spécialisée, dans les zones exposées à de fortes pénuries d’eau (suite aux plans d’actions issus de l’évaluation des risques liés à l’eau), qui ont contribué à la performance de l’Entreprise.

 

Depuis 2000, l’intensité de la consommation d’eau liée au processus industriel sur les sites de production a baissé de 48 %. À périmètre comparable la réduction est de 53 %.

 

Pour plus d’information sur les données liées à l’eau, voir nos Données Environnementales 2018 Complètes (anglais).

 

Evolution de l’intensité de la consommation d’eau liée au processus industriel depuis 2000

QUALITE DES REJETS D’EAUX USEES

OBJECTIF : Rejet d’eau dans la nature, conformément aux normes « Clean Water Standards" de Danone

PERFORMANCE 2018
74 %

d’eau conforme rejetée dans la nature

OBJECTIF
100 %

d’eau conforme rejetée dans la nature d’ici à 2020, en lien avec les « Clean Water Standards » de Danone

Pour veiller à ce que les eaux usées rejetées dans la nature soient de qualité adéquate pour les écosystèmes et les consommateurs en aval, Danone a mis en œuvre en 2015 des règles strictes sur ses sites de production rejetant des eaux usées directement dans l’environnement naturel : les « Clean Water Standards » [Normes de propreté de l'eau] de Danone. Les indicateurs de performance des « Clean Water Standards » s’appuient sur des plafonds standard et se mesurent suivant des méthodes nationales ou internationales.

 

A fin décembre 2018, 75 % des sites de productions inclus dans le périmètre des « Clean Water Standards » étaient conformes aux standards (contre 67 % en 2017). Cela représente 74 % d’eau propre rejetée dans la nature (contre 58 % en 2017) (Voir Note Méthodologique).

 

Quantités de Demande Chimique en Oxygène (DCO) rejetées après traitement (y compris externe) par les sites de production au 31 décembre, en 2016 et 2017

 (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note Méthodologique)

 20172018
Rejet final de Demande Chimique en Oxygène DCO (a) (en milliers de tonnes)6.96,63
Ratio DCO nette (a) (kg/tonne de produit)0.200,18

Le ratio Demande Chimique en Oxygène (DCO, soit la consommation en dioxygène nécessaire pour arriver à oxyder les substances organiques et minérales qui sont présentes dans l'eau) nette de l’entreprise (c’est-à-dire après traitement), par tonne de produit, a baissé de 9.7 % en 2018 par rapport à 2017. Cette baisse est principalement due à la baisse des pertes matières et produits finis au sein du Pôle Produits Laitiers et d’Origine Végétale, grâce à des actions de réduction. 

Danone souhaite contribuer à accélérer la transition d'une économie linéaire à une économie circulaire des emballages. En novembre 2016, nous avons publié notre Politique Emballage, avec l’ambition de co-construire une économie circulaire des emballages en s’approvisionnant en matériaux durables et en créant une seconde vie pour tous les plastiques. En octobre 2018, nous avons mis à jour notre politique qui met en avant les progrès accomplis par l’Entreprise ainsi que de nouveaux engagements visant à accélérer notre contribution, en accompagnant la transition vers une économie circulaire des emballages à l’échelle mondiale.

 

En ligne avec ce principe de circularité, Danone agit également pour la réduction des déchets industriels et du gaspillage alimentaire.

DES EMBALLAGES CONÇUS POUR LA CIRCULARITÉ

Utiliser des emballages 100 % recyclables, réutilisables ou compostables

Nous voulons faire en sorte que nos emballages jouent leur rôle fondamental de protection de la sécurité et des bénéfices nutritionnels de nos produits, tout en étant compatibles avec les principes de l'économie circulaire, en ce sens qu'ils soient entièrement réutilisables, recyclables ou compostables.

Cet objectif peut être atteint en optimisant la conception des produits, en explorant le recours à des matériaux d’emballages présentant des taux de recyclages supérieurs à ceux du plastique, et en participant au développement de systèmes de recyclage avec nos parties prenantes.

PERFORMANCE 2018
87 %

de nos emballages sont recyclables, réutilisables ou compostables

OBJECTIF
100 %

de nos emballages sont recyclables, réutilisables ou compostables d’ici à 2025

Au 31 décembre 2018, 87 % des emballages de Danone mis sur le marché sont recyclables, réutilisables ou compostables (contre 86 % en 2017) (Périmètre Emballages, voir Note Méthodologique), notamment grâce à l'intégration de WhiteWave, dont les emballages principaux utilisés pour les produits d’origine végétale sont à base de papier et carton, et sont donc par définition recyclables. Il en résulte un impact positif sur le profil de l’empreinte emballage de Danone.

 

D'ici 2025, Danone souhaite atteindre 100 % d’emballages réutilisables, recyclables ou compostables :

  • En ayant recours pour certaines lignes de produits à des matériaux présentant des taux de recyclage supérieurs à ceux du plastique (papier, verre…) ;
  • pour les emballages en polystyrène (PS), en suivant une double stratégie : réduire de manière significative notre dépendance à ce matériau tout en collaborant au développement des premières filières de recyclage.
  • d'ici 2021, en éliminant tous les emballages en PVC, car ils entravent le processus de recyclage du PET.

Optimiser les matériaux utilisés et développer des modèles innovants de distribution et de consommation

Danone souhaite améliorer la conception de ses produits afin d’optimiser les matériaux utilisés et de limiter les déchets. Nos objectifs sont :

  • Développer de façon ciblée des emballages réutilisables ainsi que des modèles innovants de distribution et de consommation notamment en lançant des alternatives aux emballages plastique ou aux emballages à usage unique sur tous les principaux marchés du Pôle Eaux d’ici 2025 ;
  • Agir pour éliminer les emballages plastiques problématiques ou superflus de nos produits.

 

A ce jour, nous évaluons des alternatives aux emballages plastique ou aux emballages à usage unique sur tous les principaux marchés du Pôle Eaux.

En ce qui concerne les emballages plastiques problématiques ou superflus, nous travaillons au développement d’alternatives aux pailles en plastique dans le cadre d'un programme pilote qui sera lancé en 2019 par notre marque AQUA en Indonésie.

DES EMBALLAGES RECYCLÉS, RÉUTILISÉS OU COMPOSTÉS DANS LA PRATIQUE

Co-construire des filières efficaces et inclusives pour la collecte et le recyclage

Danone reconnaît que le travail sur la conception des emballages ne suffira pas à garantir leur circularité. Pour y parvenir et garantir que le recyclage, la réutilisation ou le compostage des emballages ont effectivement lieu, nous devons nous appuyer sur des filières efficaces. D'ici 2025, notre objectif est d’avoir lancé ou soutenu des initiatives de collecte et de recyclage dans nos 20 principaux marchés, qui représentent environ 90 % de notre chiffre d’affaires.

 

En 2018:

72 %

des entités ont mis en place une évaluation des systèmes de recyclage (collecte, tri, recyclage) et ont identifié les principaux acteurs à mobiliser pour améliorer le recyclage et/ou la réglementation (Périmètre Danone Way, voir Note Méthodologique et plus d'informations sur Danone Way dans la section Etre certifié B Corp).

 

Dans tous les pays où nous sommes présents, nous travaillons avec les parties prenantes concernées pour renforcer les systèmes de collecte et de recyclage. Cela est notamment rendu possible grâce au Fonds Danone pour l’Ecosystème, mais également grâce à des partenariats tels que le partenariat avec la Banque Interaméricaine de Développement signé en 2017. Plus récemment, nous avons investi dans le Fonds Closed Loop, une initiative privée volontaire, qui déploie des structures de recyclage et d’économie circulaire à grande échelle aux Etats-Unis, et cherchons par ailleurs à investir dans des initiatives similaires, par exemple via Circulate Capital en Asie du Sud-Est.

 

Des exemples de collaborations avec nos parties prenantes sont disponibles dans la section Projets à impact.

Atteindre zéro enfouissement pour les déchets plastiques industriels

Danone veille à ce que ses sites de production respectent les principes de l'économie circulaire. En 2016, nous nous sommes fixé à l’horizon 2020 l’objectif d’éviter la mise en décharge des plastiques de nos sites de production dans les pays disposant de systèmes de collecte développés. Un autre objectif consiste à y parvenir sur tous nos sites d’ici 2025. Pour cela, il sera nécessaire d’adopter de meilleures solutions aux termes de partenariats et d’alliances – les sites de production ayant déjà commencé à collaborer avec différents partenaires pour maximiser leur taux de valorisation.

PERFORMANCE 2018
3 %

des déchets d’emballage sont envoyés à l’enfouissement

OBJECTIF
0 %

des déchets d’emballage envoyés à l’enfouissement d’ici à 2020 dans les pays ayant développé des systèmes de collecte, et dans tous les sites de Danone d’ici à 2025.

En 2018, les sites de production de Danone ont généré 119 000 tonnes de déchets d’emballage dont 97 % sont recyclés ou incinérés avec récupération d’énergie (Périmètre Environnement Sites de Production, voir Note Méthodologique). En comparaison, en 2017, 109 000 tonnes de déchets d’emballages ont été générés et 91 % de ces déchets ont été recyclés ou incinérés.

PRÉSERVER LES RESSOURCES NATURELLES

Réintégrer des matériaux recyclés

Danone souhaite contribuer à fermer la boucle en augmentant la quantité de matériaux recyclés utilisés dans ses emballages.

 

En ce qui concerne les emballages plastiques, notre objectif est d’atteindre 25 % en moyenne de matériaux recyclés pour tous nos emballages plastique d’ici 2025. Pour le Pôle Eaux, nous nous engageons dans une démarche circulaire responsable « de la bouteille à la bouteille » :

  • Atteindre une moyenne de 50 % de PET recyclé dans les bouteilles d’eau et autres boissons d’ici 2025.
  • Pour les bouteilles de la marque evian®, utiliser 100 % de PET recyclé d’ici 2025.
  • Lancer des bouteilles en PET 100 % recyclé, pour offrir à nos consommateurs plus de choix circulaires, à partir de 2018 et dans chacun des principaux marchés du Pôle Eaux d’ici 2021.
PERFORMANCE 2018
6 %

De matériaux recyclés en moyenne dans nos emballages plastiques (1)

OBJECTIF
25 %

De matériaux recyclés en moyenne dans nos emballages plastiques d’ici 2025

PERFORMANCE 2018
12 %

de PET recyclé utilisé par le pôle Eaux et 17 % dans les pays où les normes et réglementations locales le permettent (1)

OBJECTIF
50 %

de PET recyclé utilisé par le pôle Eaux d’ici à 2025 et 25 % d’ici à 2020 dans les pays où les normes et réglementations locales le permettent

(1)(Périmètre Emballage; voir Note Méthodologique)

 

En 2018, Danone a atteint 6 % de matériaux recyclés en moyenne dans tous ses emballages en plastique (contre 5 % en 2017), principalement en raison de l’augmentation de l’utilisation de PET recyclé, seul plastique recyclé de qualité alimentaire autorisé.

 

En 2018, plusieurs marques du Pôle Eaux, notamment Volvic, evian, Bonafont et Lanjaron, utilisaient déjà du PET recyclé. Le taux de rPET utilisé en moyenne par le Pôle Eaux était de 12 % en 2018 (contre 10 % en 2017). Le taux était de 17 % dans les zones géographiques où les normes et règlementations locales le permettent (contre 14 % en 2017).

 

Au regard de la totalité des emballages de Danone, en 2018, 38 % des emballages primaires, secondaires et tertiaires étaient issus de matériaux recyclés (contre 36 % en 2017), dont 70 % de carton recyclé (contre 72 % en 2017) (Périmètre Emballages, voir Note Méthodologique). 

Développer l’usage de matériaux renouvelables

En ce qui concerne les matières plastiques, Danone investit dans le développement et l'utilisation de matériaux renouvelables. C'est pourquoi, nous souhaitons offrir aux consommateurs des bouteilles en plastique 100 % renouvelable (bioPET) d'ici 2025.

                     

  • En 2017, Danone a mis en place un partenariat avec Nestlé Waters et Origin Materials afin de proposer à l’échelle commerciale la première bouteille fabriquée à partir de 100 % de PET bio-sourcé, d’ici 2025 :  Natur’ALL Bottle Alliance. Pepsico Inc. a rejoint l’alliance en 2018.
  • Nous travaillons en parallèle à l’utilisation de matériaux biosourcés pour certains de nos produits. A fin 2017, la marque So Delicious a mis sur le marché une bouteille en plastique contenant 80 % de plastique HDPE biosourcé, à base de canne à sucre.

 

Danone s’engage à éliminer les risques de déforestation associés à sa chaîne d’approvisionnement en emballage papier et carton vierge d’ici 2020. Au travers de cet engagement l’Entreprise encourage l'utilisation de fibres recyclées et, lorsque cela n’est pas le cas, elle recommande l'utilisation de fibres vierges certifiées FSC pour la production d'emballages en papier et carton ou alors une certification locale équivalente.

 

En 2018, Danone a mené une évaluation approfondie en vue de renforcer la transparence concernant les fibres certifiées FSC utilisées avec des certifications couvrant l’ensemble de la chaine de contrôle, atteignant ainsi 79 % d’approvisionnement en fibres recyclées ou certifiées (contre 84 % en 2017). Cette diminution est principalement liée à l'intégration de WhiteWave dont les matériaux d’emballage principaux utilisés pour les produits d’origine végétale sont le papier et le carton. À périmètre constant, hors activités historiques de WhiteWave, le taux atteint 85 %.

LUTTER CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

Dans le cadre de la résolution contre le gaspillage alimentaire adoptée par le Consumer Goods Forum en 2015, Danone s’est engagé à réduire de 50 % d’ici 2025, par rapport à 2016, ses déchets alimentaires non valorisés (c’est-à-dire enfouis, incinérés sans récupération d’énergie ou rejetés avec les effluents) dans ses opérations et à lutter contre le gaspillage alimentaire sur l’ensemble de sa chaine de valeur :

  • Au sein de son périmètre de responsabilité partagée, par exemple, Danone aide ses fournisseurs à devenir plus compétitifs en adoptant des pratiques agricoles plus durables, notamment en réduisant leurs pertes ;
  • Au sein de son périmètre de responsabilité directe, Danone réduit les pertes de produits finis et de matières premières, notamment en donnant ses invendus encore consommables et en recyclant ce qui ne peut être consommé par les humains, de préférence en nourriture animale.

 

Les déchets alimentaires sur son périmètre de responsabilité directe sont mesurés en accord avec le premier protocole international Food Loss and Waste. Pour plus d’informations, voir la Note Méthodologique.

Ratio de déchets alimentaires (kg/tonnes de produits finis)

Le ratio de déchets alimentaires générés par tonne métrique de produits vendus a augmenté de 49,3 à 54,3 kg / tonne de produits vendus, équivalent à une hausse de 10,2 % (Périmètre Déchets alimentaires, voir Note Méthodologique).

 

Les déchets alimentaires revalorisés le sont principalement en alimentation animale, en compost ou en méthanisation. La quantité de déchets alimentaires non-revalorisés restante est restée stable, -0,5 % entre 2017 et 2018. A périmètre comparable, le ratio a augmenté de 13,5 % par rapport à 2017, et de 1,6 % par rapport à 2018 (Périmètre Déchets alimentaires, voir Note Méthodologique).

 

La performance 2018 a été principalement impactée par le boycott exceptionnel survenu au Maroc.

 

Pour plus d’informations sur les actions de Danone pour lutter contre le gaspillage alimentaire, 3 cas sont détaillés dans le livret du Consumer Goods Forum Food Waste Case Studies (disponible en anglais seulement).

 

Performance des filiales vis-à-vis de nos ambitions

En 2018:

74 %

des entités ou des points d’approvisionnement ont mis en oeuvre au moins une action concrète pour améliorer le taux de valorisation des déchets alimentaires (Périmètre Danone Way, voir Note Méthodologique et plus d'informations sur Danone Way dans la section Etre certifié B Corp).

RÉDUIRE LE POIDS TOTAL DE DÉCHETS PAR TYPE ET MÉTHODE D’ÉLIMINATION

Danone consolide les quantités de déchets générés sur ses sites de production selon les catégories suivantes : les boues de station d’épuration, les déchets de lactosérum, les déchets alimentaires collectés sur site et les déchets alimentaires rejetés avec les eaux usées, les déchets d’emballages, les déchets dangereux et finalement les autres déchets non dangereux (voir Note Méthodologique).

Danone suit également le pourcentage de ses déchets lorsqu’ils sont valorisés ; cette valorisation peut s’effectuer via le recyclage, la réutilisation des déchets, le compostage ou la valorisation énergétique.

 

Les sites de production cherchent à maximiser le taux de valorisation de leurs déchets par la mise en œuvre des actions suivantes : organisation du tri des déchets sur site et formation du personnel à cet effet, recherche de sous-traitants capables de valoriser les différents types de déchets générés, et partage de bonnes pratiques entre sites.

 

Le ratio quantité totale de déchets par tonne de produits (en kg/tonne) est passé de 11,2 en 2017 à 13,3 en 2018. Une augmentation principalement due à l’acquisition de WhiteWave.

 

À périmètre de consolidation et méthodologie constants, le ratio des déchets générés par tonne de produits a baissé de 4,6 % entre 2017 et 2018 (contre une baisse de 9,8 % entre 2016 et 2017) grâce à la baisse des pertes matière et produits finis dans les sites de production du Pôle Produits Laitiers et d’Origine Végétale et les activités Nutrition Infantile du Pôle Nutrition Spécialisée. Le taux de valorisation a chuté à 82,5 % (contre 83,3 % en 2017).

 

Pour plus d’informations concernant les quantités de déchets générés et revalorisés par les sites de production de Danone, voir nos Données Environnementales 2018 Complètes (anglais).

En tant qu’entreprise alimentaire, Danone place l’agriculture au cœur de son activité. Le système agricole fait face aujourd’hui à des défis majeurs tels que la dégradation des sols, le bien-être animal, le recul de la biodiversité ou encore la raréfaction de l’eau, et Danone est convaincue que l’agriculture est une solution à ces défis ainsi qu’un moteur de croissance durable. L’entreprise travaille ainsi avec ses partenaires au développement de modèles d’agriculture régénératrice compétitifs, inclusifs et résilients, et qui reposent sur trois axes :

  • la protection des sols
  • le soutien de nouvelles générations d’agriculteurs
  • la promotion du bien-être animal.

Pour plus d’informations sur notre approche en matière d’agriculture régénératrice voir notre Document de Référence 2018 et la section Projets à impact.

 

Certaines des performances de Danone en matière de suivi des émissions de gaz à effets de serre et de bien-être animal sont disponibles dans la section Promouvoir une croissance inclusive.

PROMOUVOIR DES PRATIQUES AGRICOLES REGENERATRICES

PERFORMANCE 2018
50 %

des volumes de lait frais issus de l’agriculture non-bio certifiés Non-GMO Project Verified aux États-Unis

OBJECTIF
50 %

des volumes de lait frais issus de l’agriculture non-bio certifiés Non-GMO Project Verified aux États-Unis d’ici à 2018

BIEN-ETRE ANIMAL

PERFORMANCE 2018
43 %

des volumes de lait frais collectés dans le monde sont couverts par l'outil d’évaluation du bien-être animal ou par la certification Validus dans le pôle Produits Laitiers et d’Origine Végétale

OBJECTIF
80 %

des volumes de lait frais collectés dans le monde couverts par l'outil d’évaluation du bien-être animal ou la certification Validus d’ici à 2020 dans le pôle Produits Laitiers et d’Origine Végétale(1)

(1)Incluant les pays suivants couvrant plus de 80 % du lait frais total (Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, Belgique, Brésil, Égypte, Espagne, États-Unis, France, Mexique, Pologne, Roumanie et Russie)

 

Pour plus d’informations concernant l’outil d’évaluation du bien-être animal, voir la section Promouvoir une croissance inclusive et notre Document de Référence 2018.

PERFORMANCE 2018
37 %

des approvisionnements mondiaux en oeufs et ingrédients à base d’oeufs sont issus de poules élevées en liberté (année de référence 2018)

OBJECTIF
100 %

des approvisionnements en oeufs et ingrédients à base d’œufs issus de poules élevées en liberté, dans tous les pays et tous les Pôles d’ici fin 2019

Grâce au programme d’approvisionnement durable Socrates (voir Document de Référence 2018), les sites de production Nutrition Infantile en Europe, ont utilisé 100 % d’œufs issus de poules élevées en liberté en 2018.

100 %

du bétail bovin et ovin a accès aux pâturages (Périmètre Socrates : Sites de production nutrition infantile en Europe).

 

Pour plus d’informations concernant la performance de Danone en matière de bien-être animal, voir notre rapport d’avancement en matière de bien-être animal pour 2017 – Juin 2018 (disponible seulement en anglais)

SOUTENIR DE NOUVELLES GÉNÉRATIONS D’AGRICULTEURS

Dans le cadre de notre stratégie d'agriculture régénérative, nous souhaitons accompagner les agriculteurs. Notre objectif est de les aider dans la transition vers des pratiques agricoles régénératrices et de les accompagner dans la transmission de leur métier à la génération suivante.

 

Pour plus d’informations, voir la section Promouvoir une croissance inclusive.

 

PERFORMANCE DES FILIALES VIS-A-VIS DE NOS AMBITIONS

En 2018 :

71%

des entités ont un ou des projets concrets sur au moins un des trois piliers de l’approche agriculture régénératrice pour leurs principales matières premières.

(Les piliers de l’agriculture régénératrice sont : 1. Protéger les sols, l’eau et la biodiversité, 2. Soutenir de nouvelles générations d’agriculteurs, 3. Respect du bien-être animal) (Périmètre Danone Way, voir Note Méthodologique et plus d'informations sur Danone Way dans la section Etre certifié B Corp).

 

Crédit photo  : Fotolia (rh2010)